dimanche 23 juin 2013

Fort bourtange 1 600x383 Fort Bourtange, la star de la Pays-Bas

Le fort Bourtange est un fort en étoiles situé dans le village de Bourtange, Groningen, au Pays-Bas. Construit en 1593 sous les ordres de Guillaume le Ier d'Orange, son objectif initial était de contrôler la seule route entre l'Allemagne et la ville de Groningen, contrôlée par les Espagnols à l'époque de la Guerre de Quatre-Vingts Ans.


Fort bourtange 2 Fort Bourtange, la star de la Pays-Bas
Plan de la forteresse de Bourtange 1742


Après avoir connu son dernier combat en 1672, le Fort a continué à servir dans le réseau défensif de la frontière allemande jusqu'à ce qu'il a finalement été abandonné en 1851 et transformé en village. Fort Bourtange est actuellement un musée historique.

Dave White

Dave White 2

mercredi 12 juin 2013

Philippe Tertrais à Fontenay sous bois


Expo de Fontenay sous bois.


Pascale Marchesini-Arnal, philippe Tertrais, et Gregor podgorski
au vernissage à la maison du citoyen à Fontenay sous bois.


les aveugles de philippe Tertrais





Expressionniste, Figuratif




PHILIPPE TERTRAIS - Fille du feu  n°2. 146/114cm. Acrylique sur toile.
Fille du feu.

Philippe Tertrais :


samedi 25 mai 2013

Danièle Fuchs



Nous venons d'apprendre le décès de Danièle Fuchs à la suite d'un cancer 
pulmonaire à 82 ans.
Elle avait expliqué que c'était du aux émanations des produits qu'elle 
utilisait pour sa peinture (elle faisait aussi des vitraux).

Danièle Fuchs est Peintre elle était née le 16 mai 1931 à Paris XIVe, aquarelliste et graveur de grand talent, ayant largement dépassé les cinquante ans de peinture, elle continuait avec la même fougue et la même passion à parcourir les régions de France qui lui était si chères et à dépasser les frontières pour satisfaire sa curiosité et son imagination, découvrir de nouveaux paysages ou de nouveaux défis architecturaux.
Descendante d’une lignée célèbre de spécialistes horticoles, Fuchs s’en montre digne en peignant comme personne les trésors des jardins : rosiers anciens, volubilis, renoncules et autres hortensias.

Danièle Fuchs s’éloigne régulièrement de ce paradis fleuri pour parcourir le pay de loir ou elle a une maison. Elle sait  rendre le charme des vieilles pierres, des ruelles biscornues, des maisons remplies  d’histoires. Elle a posé son chevalet partout où son œil d’artiste décelait une lumière, une poésie, un charme particuliers. Ses aquarelles très dessinées fourmillent de détails et de trésors cachés qui se révèleront à l’œil attentif. Quant à ses peintures, exubérantes et hautes en couleurs, elles sont le parfait reflet de son amour de la nature.
 - Cognacier du Japon
Cognacier du Japon


Prix et récompenses :
  • 1958 Prix Albert Dürer de l’Institut National des Beaux-arts ; médaille d’argent de la Ville de Taverny
  • 1959 Prix Chenavard de l’Institut
  • 1960 Prix du Cercle François Ier, Fontainebleau
  • 1961 Grand Prix de peinture du Conseil Général des 3 Salons d’Art de Seine-et-Oise
  • 1966 Prix de Gravure du Musée de l’Ile-de-France, Sceaux ; prix de la Ville de Taverny
  • 1976 Prix Taylor
  • 1977 Prix Gillot-Dard
  • 1985 Grand Prix Jean-des-Vignes-Rouges, Académie de Versailles ; Médaille d’Or de la Ville de Tours, de la Société d’Horticulture, Grand Prix de la Ville de Sainte-Maure-de-Touraine
  • 2008 Médaille d’argent de la Société Nationale des Beaux-arts



Danièle FUCHS (née en 1931) LES ROSES trémières

LES ROSES trémières





ATELIER


cheneaux lavandes

rosier ronsard


Pauline - Joséphine dans le clocher - Aquarelle de Danièle Fuchs
 - Le petit puits


 - La vieille charrette

 - La petite porte
la petite porte de la maison des longues vignes

 - Fontaine Saint Julien de Chédon
Fontaine Saint Julien de Chédon


la Chartre sur le loir ou elle vint souvent depuis la seconde guerre



Daniele-Fuschs-2.jpg

Danièle Fuchs, lors d'une exposition à la galerie Vanaura de Versailles en 2011


La galerie de crecy



Danièle Fuchs est décédée...

vendredi 15 mars 2013

Aaron Smith

aaron_smith_0 http://vimeo.com/46987308

Aaron Smith est un peintre originaire de Los Angeles, qui a fait ses études au Art Center College of Design de Pasadena. Voici sa dernière vidéo.


Aaron Smith est un peintre américain diplômé d’un BFA au Art Center College of Design de Pasadena en Californie. Il développe depuis une peinture aux épais coups de pinceaux et à la palette colorée voir aux couleurs saturée. Ses sujets de prédilection : Les dandys du 19ème siècle. Dans sa série «Bearded Blokes» il s’intéresse aux différentes sortes de barbe & moustaches des aristocrates de l’époque.

w
w
w
w
w
w
w

mardi 5 mars 2013

Edwige Fouvry


Edwige Fouvry artist art
Tableau d' Edwige Fouvry à la  Dolby Chadwick Gallery.

art
Art by Edwige Fouvry in above image closer.

Photo
Edwige Fouvry

Edwige Fouvry art
Smaller art by Edwige Fouvry.

art




Saturation et rareté.

Une pointe de couleur, un trait d’un bleu pur est posé un peu trop haut sur la toile. Juste en dessous, la masse sombre du « Rocher à Belle-Île » attend avec l’impassibilité de celui qui sait que l’œil, inexorablement, finira par revenir à lui. Au milieu d’un ciel pris dans la traîne des nuages, la tâche de lumière ne cesse d’échapper à notre regard, comme une persistance rétinienne qui se déplace avec notre œil et que l’on ne parviendra pas à saisir. Le rocher immobile a rattrapé notre regard. Dans sa permanence aux accents insoutenables d’éternité, il figure une nature qui, sous les coups de pinceaux d’Edwige Fouvry, se rend inhospitalière aux vivants. Tantôt lande pelée soumise au vent qui écorche et découvre la roche sur laquelle la végétation se fixe à grand peine. Tantôt mère à l’étrange luxuriance froide et humide où l’on ne sait plus si le pinceau dissipe la brume ou l’épaissit.
Edwige Fouvry, La colline, huile sur toile, 150x150 cm, 2012
Edwige Fouvry, La colline, huile sur toile, 150×150 cm, 2012 ©
Edwige Fouvry, Le Rocher à Belle-Île
Edwige Foury, Le Rocher à Belle-île, huile sur toile, 150×150 cm, 2012 ©
Edwige Fouvry, Paysage sombre
Edwige Fouvry, Paysage sombre, huile sur toile, 120×100 cm ©
Dans ces paysages désertés par l’homme on voit de temps en temps errer la silhouette d’un promeneur solitaire, les contours rendus sauvages et hirsutes par le vent. C’est la seule présence, sans doute, qui puisse se fondre dans un espace où les formes inertes des falaises rocheuses et la luxuriance morbide des marécages sont autant de signes qui rappellent l’homme à son passé et à la finitude de sa condition. La littérature romantique et gothique a souvent usé de l’association du minéral et du végétal pour signifier une nature qui, cessant d’être source de vie, devenait mère jalouse impatiente de récupérer ses enfants. Cette silhouette que l’on imagine dans les tableaux de la peintre belge peut-elle être autre que celle d’Heathcliff (Heath en anglais signifiant bruyère, lande, et Cliff falaise) parcourant la lande des « Hauts de Hurlevent » d’Emily Brontë, traversant des tableaux où la nature n’accepte plus la présence de l’homme que pour le mener au tombeau où, sur la pierre, le lierre prolongera son étreinte étouffante et stérile?
Edwige Fouvry, La traversée
Edwige Fouvry, La traversée, huile sur toile, 150×200 cm ©
Mais entre les reliefs abrupts de « La colline », un lacis de couleurs semble couler comme une blessure, réintroduisant un mouvement oublié entre les masses homogènes des montagnes: la vie répond à la saturation et à l’écrasante certitude du néant par la fragilité de son trait. La juxtaposition, la confrontation entre les sombres formes écrasantes et le mouvement des traits colorés introduisent chez Edwige Fouvry la possibilité d’un espace en mutation, ouvert par le brouillage des frontières entre figuration et abstraction. Lors de l’ouverture de l’exposition Nicolas de Staël à la Fondation Gianadda (Martigny, Suisse) en 1995, son commissaire Jean-Louis Prat déclarait : « Entre une abstraction qui n’a pour elle que le nom et une figuration qui n’illustre qu’imparfaitement le réel, Nicolas de Staël a exploré jusqu’à l’épuisement le vrai domaine de la peinture dans son essence et son esprit ». Ce domaine, celui de la peinture et de l’art en général, c’est celui où l’homme n’est plus condamné à ne saisir que de la matière inerte. Aux signes de mort présents dans « La colline » et le « Rocher à Belle-Île » répondent le pan de ciel bleu qui s’échappe et le trait coloré qui se dissout et entre en résonnance avec le tout. Situant sa peinture à l’extrême limite entre figuration et abstraction, Edwige Fouvry imagine un espace où l’on puisse fixer l’insaisissable, où le peintre puisse tenir entre les mains autre chose qu’une roche aux reflets sinistres déjà prête à se transformer en cendres.
Edwige Fouvry, Ster Vraz
Edwige Fouvry, Ster Vraz, huile sur toile, 200×150 cm, 2012 ©
Edwige Fouvry, Marécage miroir
Edwige Fouvry, Marécage miroir, huile sur toile, 100×160 cm ©
Edwige Fouvry, La maison
Edwige Fouvry, La maison, huile sur toile, 120×100 cm ©
La peintre est une nantaise résidant en Belgique . Elle s’empare de ses pastels, dessine à grandes lignes trouées des figures humaines qui évoquent les tableaux d’Egon Schiele. Comme chez le peintre austro-hongrois, le blanc sert souvent de fond, grignote parfois l’espace depuis un coin du tableau; le néant borde les corps, prêt à emplir l’espace que la vie devra déserter. C’est à ce moment critique, précisément, que la peinture d’Edwige Fouvry se met à vibrer, du bruissement d’une nature qui s’éveille à l’incertitude et à la rareté. Ses traits fragiles signent la victoire de l’art qui malgré l’indifférence du temps parvient à graver sa trace dans la neige glacée. Au dernier moment, Edwige Fouvry s’inscrit dans une nature sur le point de geler et que la vie abandonne pour y laisser sa trace en creux et briser le trop plein. Ultime retournement: le trou qu’a laissé la silhouette de l’artiste en partant ouvre un gouffre qui menace d’absorber le néant, empêchant à tout jamais son absolu de s’imposer sans un mensonge.
Edwige Fouvry, Le dîner
Edwige Fouvry, Le dîner, huile sur toile, 150×150 cm, 2012 ©
Edwige Fouvry, Le dîner, détail
Edwige Fouvry, Le dîner, détail, huile sur toile, 150×150 cm, 2012 ©
Edwige Fouvry, Le dîner, détail
Edwige Fouvry, Le dîner, détail, huile sur toile, 150×150 cm, 2012 ©
Edwige Fouvry, Géant 01
Edwige Fouvry, Géant 01, huile sur toile, 200×150 cm ©
Edwige Fouvry, Prétendant 01
Edwige Fouvry, Prétendant 01, huile sur toile, 40×40 cm ©
Edwige Fouvry, Prétendant 02
Edwige Fouvry, Prétendant 02, huile sur toile, 40×40 cm ©
Edwige Fouvry, Le piano
Edwige Fouvry, Le piano, huile sur toile, 100×150 cm, 2011 ©
Edwige Fouvry, Mariage
Edwige Fouvry, Mariage, huile sur toile, 150×200 cm, 2011 ©
Edwige Fouvry, Judas
Edwige Fouvry, Judas, huile sur toile, 120×120 cm, 2012 ©
Edwige Fouvry, Bébé, huile sur toile
Edwige Fouvry, Bébé, huile sur toile, 40×40 cm, 2011 ©
Edwige Fouvry, Le coupleEdwige Fouvry, Le couple, huile sur toile, 150×150 cm, 2012 ©
Edwige Fouvry, Jésus et Judas
Edwige Fouvry, Jésus et Judas, huile sur toile, 100×120 cm 



Photo
tableau de Edwige Fouvry.

Photo
Art by Edwige Fouvry at Dolby Chadwick Gallery.




"Eurydice01" stylo bille sur papier - 2012 -
source:
http://edwigef.blogspot.fr/